Sujet :

Affichage en français : le Mouvement Québec Français des Laurentides (MQFL) félicite une multinationale

Date :

10/06/2013

Du Mouvement Québec français (courriel : info(chez)quebecfrancais.org)

Mesure anti-pourriels : Si vous voulez écrire à notre correspondant, remplacez « chez » par « @ ».

 

Extrait du bimensuel électronique du Mouvement Montréal français (MMF)

« Quand nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde

que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule ».  Pierre Bourgault

Visitez le site : http://quebecfrancais.org/

 

 

 

***************************

 

 

Affichage en français : le MQFL félicite une multinationale

Supercentre WalmartLe conseil d’administration du Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) se réjouit de la décision des dirigeants de Walmart à Saint-Jérôme, d’afficher leur raison sociale avec un générique en français.

La compagnie a en effet ajouté un générique en français « Super centre Walmart » tel que l’exige la Charte de la langue française.

Résistances

Le MQFL tient à souligner ce fait devant le grand nombre de commerces qui s’affichent toujours avec des bannières en anglais seulement. Par ailleurs le MQFL exprime le souhait que cet exemple soit suivi par d’autres dirigeants dans cet environnement commercial des grands centres commerciaux et déplore que l'on voit encore trop de "Costco Wholesale", "Payless Shoes Source", "EBGames" et bien d’autres raisons sociales unilingues anglaises.

Réjean Arsenault, président du MQFL, déplore la résistance de certaines compagnies qui compromettent le visage français, de notre région, en s’affichant seulement en anglais.

Selon le président, ce manque de respect de l’identité francophone du Québec pollue l’environnement visuel et fait de nos centres commerciaux de pâles copies de ceux des États-Unis ou du reste du Canada.

Le MQFL encourage les consommateurs à agir maintenant pour contrecarrer cette tendance à l’anglicisation du paysage des Laurentides en faisant connaître leurs désaveux aux dirigeants des commerces fautifs.

Françoise le Guen

Source : journallenord.com, le 30 mai 2013

Possibilité de réagir sur :

http://www.journallenord.com/Actualites/2013-05-30/article-3265259/Affichage-en-francais%3A-le-MQFL-felicite-une-multinationale/1

 

 

***************************

 

 

Note de l'A.FR.AV :

Le dynamisme de nos amis québécois pour défendre et promouvoir la langue française est remarquable. À l'heure où en France notre langue recule dans presque tous les domaines au profit de l'anglais, où nos députés votent, dans la plus totale inconscience, l'article II du projet de loi de la ministre Fioraso consistant à accepter l'enseignement EN anglais dans nos universités et grandes écoles, le combat des Québécois pour défendre la langue française est un exemple à suivre.

Alors que chez nous la loi Toubon censée venir au secours de notre langue, est appliquée à minima et risque donc, par la force des choses, de disparaître, court-circuitée, qui plus est, par le droit européen, au Québec, on renforce la loi qui régit l'emploi de la langue française (loi 101).

L'exemple donné ci-en-haut est frappant : pour conserver le caractère francophone de leur pays, pour que visuellement, à travers les enseignes commerciales, le Québec s'affiche en français, les Québécois exigent que les appellations, les enseignes, les marques, les bannières dont le nom déposé n'est pas en français, soit précédé d'un générique explicatif en français.

Ainsi, la grande chaîne de magasins Walmart a-t-elle mis à Saint-Jérôme, pour franciser son appellation, c'est-à-dire pour lui donner un caractère francophone, le mot « Supercentre ».

Pour la petite histoire, sachez que le jeudi 7 juin 2013, nous avions rendez-vous à Nîmes avec une équipe de reporteurs d'une télévision coréenne (EBS). Ces personnes qui nous ont connus grâce à notre site de l'inter-réseau, étaient intéressées par l'action que nous menons actuellement à Nîmes contre l'affichage bilingue illicite des monuments de la ville. Ils nous ont donc filmés en train de coller des autocollants sur des panneaux fautifs, et ont entendu nos explications sur cette affaire.

Ensuite, pour leur expliquer le tract, ci-dessous, nous les avons conduits à la rue de l'Aspic, la grande rue piétonne de Nîmes où une enseigne sur deux est en anglais. Là aussi, ils nous ont filmés, ils nous ont filmés en train de prendre des photos des enseignes en anglais comme si nous préparions le tract. Ensuite, pour les besoins du reportage, nous avons demandé à quelques commerçants le pourquoi de leur enseigne en anglais. Un a bien voulu nous répondre devant la caméra : la gérante de la boutique "Ice Watch". Celle-ci, fort sympathique, nous a dit que le nom de sa boutique était un nom déposé et que l'on ne pouvait pas le changer. Que "Ice Watch" était une création d'un belge francophone, de Bastogne, en Wallonie et qu'il avait certainement donné ce nom anglais pour faire plus « international ». Quand nous lui demandâmes si elle connaissait la loi Toubon, elle nous répondit que non. Nous lui firent part aussi qu'au Québec, en vertu de la loi 101 sur la langue française, l'enseigne en anglais de sa boutique devrait être précédée d'un générique explicatif en français de « Montres », par exemple.  « Pourquoi pas ! », nous dit-elle. 

Le reportage sera diffusé en Corée en octobre, nous aurons alors la possibilité de le passer sur notre site.

 

        

 

En premier, l'enseigne telle qu'elle est actuellement,

en second, telle qu'elle devrait être si nous avions une politique linguistique digne de ce nom, en France.

 


Tract pour dénoncer les devantures et les enseignes en anglais

 

 

Rappel de nos vidéos sur le sujet :

 

Magasins anglo-colonisés à Nîmes !

 

Possibilité de noter cette vidéo et d'y apporter un commentaire,

en allant sur : http://youtu.be/__DsgLIfOfc

 

 

***************************

 

Bilinguisme illicite à Nîmes !

Possibilité de noter cette vidéo et d'y apporter un commentaire,

en allant sur : http://youtu.be/VWTLWF8FB2s

 

 

 

Haut de page