Connexion    



ÉCRIRE AU CONSEIL SUPÉRIEUR DE L'AUDIOVISUEL (CSA), 2e trimestre 2021

Il y a trop d'anglicismes à la télévision. Pourtant, la charte de France Télévisions stipule en son article 39 :

« Le personnel intervenant à l'antenne est tenu à un usage correct de la langue française, conformément aux dispositions de la loi no 94-665 du 4 août 1994. Il s'abstient, à ce titre, d'utiliser des termes étrangers lorsqu'il possède un équivalent en français. »

Protestons contre l'anglicisation ! Pour cela, écrivons régulièrement au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) dès que nous surprenons un journaliste, un présentateur, un animateur d'émission, etc. en flagrant délit d'anglomanie.

1-  Pour protester, utilisez le formulaire du CSA :

https://www.csa.fr/Mes-services/Alerter-le-CSA-sur-un-programme/formulaire#/

2 - Après avoir écrit au CSA, envoyez une copie de votre protestation à la chaîne concernée.

- pour France 2, utilisez le formulaire suivant : http://www.francetvinfo.fr/nous-contacter/mediateur-info? -  http://mediateur.francetv.fr/emissions/le-mediateur-des-programmes/contact/envoyer-un-message_155204 (ou
https://www.facebook.com/M%C3%A9diateur-des-programmes-France)- ​tél. : 0890 71 02 02 (0,15€/min) et Merci de protester contre l'anglomanie de France TWO, auprès du Président du CSA : Roch-Olivier.Maistre@csa.fr.

- pour France 3 :​ http://www.francetvinfo.fr/nous-contacter/votre-tele-et-vous/ - ​tél. : 0 890 71 03 03 (0,15€/min)

- pour France 4 :​ http://www.france2.fr/contact/form1_opinionsemiss.php?chaine=france4 - ​tél. : 0 890 71 04 04 (0,15€/min)

- pour France 5 :​ http://mediateur.francetv.fr/emissions/le-mediateur-des-programmes/contact/envoyer-un-message_155204 - tél. : ​0 890 71 05 05 (0,15€/min)

- pour France  Ô :​ https://www.france.tv/services/aide-contact.html

- pour Arte : https://www.arte.tv/question/?lang=fr

- pour M6 : http://www.m6.fr/m6-et-vous/contact-service-telespectateurs.html

- pour TF1 : mediationinfo@tf1.fr

- pour Radio France : http://mediateur.radiofrance.fr/mediateur/

- etc.

3 - Après avoir écrit au CSA et à la chaîne concernée, envoyez une copie de votre protestation au journaliste ciblée.

S'il travaille pour le groupe France Télévisions (France 2, France 3, etc.), pour trouver son adresse électronique, c'est facile, elle se bâtit sur cette structure : prénom point nom @francetv.fr. On peut ainsi écrire à Laurent Ruquier (laurent.ruquier@francetv.fr) ou à Laurent Delahousse (laurent.delahousse@francetv.fr), etc.

        Il y a également d'autres structures utiles à connaître :

        Radio France : prénom point nom @radiofrance.com

        TF1 : initiale du prénom nom @tf1.fr

        Le Monde : nom @lemonde.fr

        Le Figaro : initiale du prénom nom @lefigaro.fr

        Libération : initiale du prénom point nom @liberation.fr

        Les Échos : initiale du prénom nom @lesechos.fr

        Etc.

4 - Ces trois phases terminées, envoyez une copie de votre protestation au président du CSA, M. Roch-Olivier Maistre : Roch-Olivier.Maistre@csa.fr, et au Président de la République - http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

 

 5 - Enfin, pour parfaire votre travail de dépollution linguistique, adressez-nous la copie de votre protestation pour que nous puissions la mettre, ici, dans cette page, à la vue de tous, et qu'ainsi chacun puisse se faire le relai de celle-ci, étant entendu que plus nombreux nous serons à protester sur un sujet donné, plus nous aurons des chances de faire reculer l'anglicisation.

 

Encore la flemme de créer un mot français !

Mesdames, Messieurs,

Anne-Élisabeth Lemoine qui présentait l’émission « Le Grand Échiquier » diffusée le samedi 3 avril 2021, a employé à un moment donné le mot anglais "backline".

Elle a tenté de donner ensuite une signification à ce mot avec Francis Cabrel, notamment, qui était un de ses invités, mais, à y penser de plus près, pourquoi au lieu de chercher à nous dire ce que "backline" signifie en français, ne pas dire directement la chose dans notre langue ?

Soit, le concept vient peut-être du monde anglo-saxon, mais est-ce une raison pour l’avaler tout cru sans essayer de lui donner un équivalent selon le génie de notre langue ?

Fort de ces remarques, est-ce que le CSA pourrait pousser les gens de médias à créer des mots français plutôt que d’emprunter à l’anglais systématiquement ?

 

Breton en franglais sur France TWO !

Dimanche 4 avril 2021, au JT de 20h de France 2, dans un reportage consacré à la vaccination, Thierry Breton, commissaire européen chargé de la force opérationnelle de vaccination, est apparu à l’écran sous un panneau en incrustation-vidéo, comme étant « en charge de la "task force" vaccins ».

Comment se fait-il qu’à la télévision française, on nomme ainsi, dans un langage fortement anglicisé, ce que l’on pourrait dire aisément en français par « force opérationnelle de vaccination » ?

Notre télévision suivrait-elle les consignes de l’UE consistant à favoriser l’implantation de l’anglais partout ?

Merci au CSA de se pencher sur ce problème, le respect de notre langue et celui du plurilinguisme me paraissant de plus en plus attaquer pour l’omniprésente de l’anglais.

 

Anne-Sophie Lapix dressée à l'anglais sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Aux actualités de 20h sur France 2, le jeudi 8 avril 2021, la présentatrice du journal, Anne-Sophie Lapix, pour féliciter sa collègue Justine Weyl de sa tenue vestimentaire, a employé l’expression anglaise "dress code".

« Bravo pour le "dress code" », lui a-t-elle dit, alors que Justine Weyl venait de présenter sur le plateau du 20h, les nouveautés concernant la déclaration des revenus.

Cela dit, est-ce que le CSA pourrait rappeler à Mme Lapix, qu’employée du service public de la télévision française, elle n’est pas payée pour parler en anglais aux téléspectateurs ?

Merci d’avance.

 

Pourquoi ne veulent-ils pas COURRIEL sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Au 20h de France 2, le lundi 12 avril 2021, dans un reportage consacré à un supermarché sans caisse au Royaume-Uni, le journaliste Matthieu Boisseau nous parla d’un ticket de caisse que l’on recevait par "mail".

« J’ai reçu mon ticket de caisse par "mail" », nous dit-il, mais pourquoi donc, encore et encore, faut-il qu’un journaliste de France Télévisions préfère employer le terme anglais "mail", au terme français COURRIEL ?

Pourquoi ce rejet de la plupart des journalistes à l’égard du mot COURRIEL ?

Qu’attend le CSA pour leur rappeler que le droit au français des téléspectateurs passe avant leur anglomanie ?

 

Anglais et minorités visibles, des consignes anglo-mondialistes suivies par France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Thomas Sotto qui présentait les actualités de 20 heures sur France 2 le vendredi 16 avril et le samedi 17 avril 2021, nous a parlé le premier jour de « food truck » et le second de « body challenge ».

Force est donc de constater que ce monsieur se fout comme d’une guigne de la langue française puisque, le sourire aux lèvres, il se complaît sans la moindre hésitation, à nous bombarder de mots anglais.

Apparemment plus personne ne rappelle aux journalistes leurs obligations à l’égard de la langue française.

À se demander si la direction de France Télévisions n’est pas sous la coupe des Anglo-mondialistes exigeant  toujours plus d'anglais à la télévision comme ils exigent toujours plus de visibilité aux minorités.

Cela est déplorable, mais à quoi sert donc le CSA lui qui normalement doit veiller au respect de notre langue dans l’audiovisuel ?

 

Série française et chansons en anglais sur France 3 !

Mesdames, Messieurs,

Le mardi 20 avril 2021 passait sur France 3, la série Tandem.

J’ai constaté aussitôt que la chanson du générique était en anglais, comme le furent les autres passages musicaux présents tout le long du téléfilm.

Pourquoi une série française devrait-elle s’accoutrer de chansons en anglais ?

Pourquoi France 3 qui a acheté cette série pour la diffuser sur sa chaîne, n’a-t-elle pas exigé, dans les conditions d’achat, que les chansons en anglais soient remplacées par des chansons en français ?

Qu’attend donc le CSA pour rappeler aux responsables de France Télévisions qu’ils ont parmi leurs missions, celle de veiller à la défense et à la promotion de la langue française et que ce n’est pas remplir cette mission que de laisser faire les créateurs de séries françaises nous inonder de chansons en anglais ?

 

Le français au fond de la grotte sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le samedi 24 avril 2021, la rédaction du JT de 20h de France 2 nous a présenté un reportage sur l’expédition franco-suisse appelée « Deep Time », un reportage qui fut sous-titré à l’écran « 40 jours sous terre, les leçons de "Deep Time" ».

Dans les images qui furent diffusées, nous vîmes ensuite une grande banderole à l’entrée de la grotte où s’était déroulée l’expédition, une banderole où était écrit en gros caractères "DEEP TIME  Beyond Time".

Bref, une fois encore, notre langue n’a pas été à l’honneur, et force a été de constater, hélas, que les journalistes du 20h de France 2 qui nous présentèrent cet évènement, n'ont eu rien à redire devant notre langue ainsi bafouée.

Apparemment, ces messieurs-dames les journalistes ne connaissent pas la mission qui incombe au service public de notre télévision nationale consistant à défendre notre langue.

Est-ce qu’il serait possible de les attaquer en justice pour non-assistance à langue en danger !

 

Pas de majuscule pour les Français sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Dimanche 25 avril 2021, aux actualités de 20h de France 2, dans un reportage consacré à la lutte contre l’insécurité à la présidentielle de 2022, est apparu à l’écran un sondage où il était dit que 86% des français (sic) pensaient que cette lutte devait jouer un rôle important.

Le problème, c’est que le mot « Français » était écrit sans majuscule, et, bien sûr, c’est une faute de français que de faire cela.

Soit, il s’agit peut-être d’une faute d’inattention, mais cela dénonce tout de même le peu de rigueur qu’à l’équipe rédactionnelle du JT envers la langue française, peu de rigueur et peu de respect que l’on retrouve aussi à travers de nombreux journalistes par l’emploi effréné qu’ils font des anglicismes.

Merci au CSA de rappeler à ce beau monde ses obligations à l’égard de la langue française.

 

Spectacle désolant sur France 3 !

Mesdames, Messieurs,

Sur France 3, le jeudi 29 avril 2021 à 21h05, a été diffusée une émission de divertissement au titre en franglais « Les 60 ans du "One man Show" ».

Pourquoi, alors que le service public a parmi ses obligations, l’obligation de veiller à la défense et à l’illustration de la langue française, pourquoi ce titre en franglais ?

Oui, pourquoi la direction des programmes de France 3 n’a-t-elle pas exigé que le titre de l’émission soit francisé selon les recommandations données sur le site de France Terme, un site Internet qui donne accès à la base de données terminologiques officielles de la délégation générale à la langue française et aux langues de France du ministère de la Culture et où l’expression "One Man Show" a comme expression équivalente en français : « Seul-en-Scène » et « Spectacle solo » (http://www.culture.fr/franceterme/result?francetermeSearchTerme=one+man+show&francetermeSearch).

 Ainsi, le titre de cette émission aurait dû être : «  Les 60 ans du Seul-en-Scène », ou « Les 60 ans du Spectacle solo » ?

À l’appui de cet exemple, et en vertu des obligations qu’a notre télévision publique à l’égard de la langue française, je demande au CSA ce qu’il compte faire pour que France Télévisions respecte et fasse respecter notre langue sur ses antennes ?

Merci de votre attention.

 

Quand France TWO cache (cashe !) notre langue !

Mesdames, Messieurs,

Au journal télévisé de 20h de France 2, le lundi 3 mai 2021, dans un reportage consacré aux banques qui consentent des remises différées à leurs clients, les journalistes Gaspard de Florival et Nicolas Bidard nous ont bombardés du mot anglais "cashback", et ce mot est même apparu sur nos écrans dans le titre du reportage.

Comment se fait-il qu’un mot anglais que personne ne comprend, sauf peut-être le milieu de la banque anglicisé, apparaisse ainsi dans le JT de 20 heures de France 2, une chaîne faisant partie, qui plus est, de notre télévision publique nationale ?

À l'appui de l’incompréhensible "cashback" de France 2, merci au CSA de rappeler aux équipes rédactionnelles du JT de 20h de France 2 que la langue du service public c’est la langue française et non l’anglais, leur en déplaise.

 

Une publicité hors la loi sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Juste avant le journal télévisé de 20h de France 2, le samedi 7 mai 2021, a été diffusée à l’antenne, une publicité de la société Gardena.

Dans cette publicité apparaissait écrit en gros caractères, l’expression anglaise "Realise your gardening dreams", tandis que la traduction française de cette expression était à peine visible en bas de l’écran.

Manifestement, l'article 4 de la loi Toubon en son paragraphe 2 n'a pas été respecté.

En effet, selon cet article, le version en français aurait dû être aussi lisible, audible et visible que la version en anglais, et cela n’a pas été le cas, comme on a pu le constater.

Qu’attend le CSA pour faire respecter la loi afin que la société Gardena cesse de prendre les Français pour des Anglophones ?

 

Quand France TWO devient France DEUX !

Mesdames, Messieurs,

Dans un reportage consacré à la menace d’une pénurie d’essence aux États-Unis et diffusé aux actualités de 20 h de France 2 le mercredi 12 mai 2021, les journalistes Loïc de la Mornais et Thomas Donzel ont employé le mot français « oléoduc » et non le terme anglais, un terme anglais trop souvent utilisé par ailleurs dans les médias, hélas.

Je tiens donc par ce courriel à féliciter ces deux journalistes et vous prie, ce faisant, de bien vouloir leur transmettre mes félicitations en les encourageant à continuer dans cette voie, ce qui sera fort utile, puisque, hélas, il s’avère qu’aujourd’hui les anglicismes ont tendance dans bien des domaines à se substituer aux mots français.

Merci de votre attention.

 

ÉQUIPE à l'oral, mais TEAM à l'écrit sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le samedi 15 mai 2021 sur France 2, dans l’émission « N’oubliez pas les paroles » est apparu à l’écran pour nommer les équipes qui se présentaient au jeu, le mot anglais TEAM.

Autrement dit, et cela bien que Nagui, le présentateur et l’animateur du jeu, employait, lui, à l’oral, le mot « équipe », quelqu’un a décidé en régie de mettre le mot « team » sur tous les visuels où devait apparaître le nom des équipes en lice.

Quelle est donc cette façon de travailler, et comment expliquer que l’animateur et les candidats parlent d’équipes, et qu’apparaisse sur les écrans le mot anglais "team" ?

Ne serait-il pas temps de préciser à tout un chacun que c’est le français qui doit être privilégié sur les chaînes de la télévision française et que, ce faisant, les anglicismes n’ont pas à se substituer aux mots français. 

Merci au CSA d’intervenir.

 

Quand le bé et le Cé deviennent Bi et Ci sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Aux actualités de 20 heures, le vendredi 21 mai 2021 sur France 2, concernant un reportage sur Lady Diana et les excuses de la BBC, la télévision publique britannique, les journalistes Laurent Delahousse et Matthieu Boisseau ont prononcé le sigle BBC à l’anglaise « BiBiCi ».

Pourquoi prononcer les lettres « B » et « C » à l’anglaise et non à la française ?

Les Britanniques, eux, somme toute plus respectueux et plus fiers de leur langue, prononcent « TidjiVi », c’est-à-dire à l’anglaise, le sigle français TGV.

Pourquoi ce que les Britanniques font pour leur langue, les Français ne le feraient pas pour la leur ?

Est-ce par esprit d’autoflagellation, de honte de soi, d’anglomanie exacerbée que Laurent Delahousse et Matthieu Boisseau ont prononcé le sigle BBC à l’anglaise ?

Cela dit, merci au CSA de faire quelque chose pour empêcher ce genre d'automutilation linguistique.

 

Le français à la dérive sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Aux actualités de 20 heures sur France 2, le samedi 22 juin 2021, les journalistes Laurent Delahousse et Julien Bigard ont parlé d’un iceberg géant à la dérive dans l’Antarctique, mais, force fut de constater, cependant, que les journalistes en question prononcèrent  le mot "iceberg" à  l’anglaise.

Ils ont  prononcé le mot « ICEBERG » à l'anglaise, alors que ce mot est un emprunt au néerlandais "ijsberg" (littéralement « montagne de glace », de "ijs" « glace » + "berg", « montagne »)  et qu'il n'y a donc pas lieu d'en faire un mot anglais.

Prononcer ICEBERG à la française est donc fortement conseillé, d'autant plus que le « i »  français ne doit pas, pour garder la cohérence de notre langue, se muer en « ail » anglais.

À noter toutefois, qu'il y a plus de 10 ans de cela, le 31 janvier 2011, David Pujadas, alors présentateur du JT du 20 heures, avait fait la remarque à l'antenne qu'il fallait prononcer "iceberg" à la française et non pas à l'anglaise (voir la vidéo : https://youtu.be/M7eX4shF33E).

Fort de cette remarque, merci alors aux responsables du CSA  de faire part de ma remarque à Laurent Delahousse et Julien Bigard, et merci de leur rappeler, ce faisant, la bonne parole de leur confrère David Pujadas.



Thomas Sotto, un journaliste angliciseur sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le samedi 29 mai 2021, sur France 2, à la fin d’un reportage sur le tennis à Roland-Garros, un reportage commenté par le journaliste Grégory Naboulet, Thomas Sotto, le journaliste-présentateur du JT de 20 heures, a demandé à ce journaliste s’il y aurait cette année des « night sessions ».

« Night sessions » ! Pourquoi ce journaliste qui fait partie de la télévision nationale française, une télévision censée participer à la défense et à l’illustration de la langue française, a-t-il employé une telle expression que personne, ou presque, ne comprend ?

Que dirait-on si d’autres journalistes, à l’image de Thomas Sotto, usaient d’expressions d’autres langues étrangères : en allemand, en italien, en espagnol, en russe, etc. ? - Le journal télévisé deviendrait vite incompréhensible !

Qu’on le veuille ou non, l’anglomanie de M. Sotto, est un manque de respect envers notre langue et c’est un manque de respect envers les téléspectateurs aussi, puisque les téléspectateurs ne sont pas encore obligés d’avoir un passe-anglais pour comprendre la totalité de ce qui se dit sur une chaîne publique de la télévision française.

Fort de cette remarque, je demande au CSA d’aller voir M. Sotto pour lui dire de ranger son anglais dans la poche et de ne le sortir qu’en privé loin des caméras du 20 heures de France 2.

Merci par avance.

 

Maisons closes pour le français sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le mardi 1er juin 2021, au journal télévisé de 20 heures de France 2, Anne-Sophie Lapix, la présentatrice du JT, pour lancer un reportage qui allait parler de mini-maisons, employa l’expression anglaise "Tiny Houses" dont elle prononça même à l’anglaise le pluriel (aoussise).

Ensuite, Didier Sébastien, le journaliste qui commenta le reportage, employa allégrement, lui aussi, l’expression anglaise.

Ça aurait coûté quoi à Anne-Sophie Lapix et à Didier Sébastien de dire MINI-MAISON (terme employé par ailleurs dans le titre du reportage) plutôt que de servir l'anglicisation en employant à l'antenne devant des millions de téléspectateurs l’expression anglaise "Tiny House" ?

Face à cet énième marque de respect, ce laisser-aller à l'égard de la langue française, je demande au CSA de bien vouloir prendre la mesure du problème et d'agir enfin pour que cesse l'anglicisation rampante de notre télévision de service public qui doit, rappelons-le, montrer l'exemple en matière d'illustration, de diffusion, de promotion et de défense de la langue française.

 

Pas de bogue à l'anglais sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le mardi 3 juin 2021, au journal télévisé de 20 heures de France 2, dans un reportage consacré aux raisons de la panne des numéros d’urgence, la journaliste Anne-Charlotte Hinet a employé le mot anglais BUG, ce mot est également apparu en incrustation-vidéo sur nos écrans.

Ce mot anglais a donc été employé à l’antenne, alors qu’il peut être traduit par le mot français « bogue ».

Je sais que vous allez me répondre que, selon la décision du Conseil constitutionnel du  29 juillet 1994 « dans l’état actuel du droit français, une terminologie légale officielle ne peut être imposée aux services de télévision et de radio, qu’ils soient publics ou privés (...). »

Soit, mais on peut tout de même exiger que l’on parle français sur une chaîne de la télévision nationale et de traduire de ce fait les termes étrangers employés à l’antenne, cela au nom du principe Constitutionnel précisé à l’article 2 du titre Premier de la Constitution française qui dit que la langue de la République est le français, cet article 2 n’ayant pas été censé par  Conseil constitutionnel.

Or, en l’espèce, le mot « bug » est un mot anglais traduisible en français par « bogue ».

En toute logique donc, le téléspectateur français est en droit de demander le plein respect de la Constitution française en exigeant que les termes étrangers employés à l'antenne soient traduits en français, car le téléspectateur lambda ne doit pas être obligé de comprendre une langue autre que le français pour suivre un reportage diffusé sur une chaîne de la télévision française ?

Fort de vous avoir donné toutes ces précisions, je vous demande alors de bien vouloir rappeler les obligations à l’égard de la langue française, obligations d’ordre constitutionnel, qu’ont les journalistes et les responsables des rédactions de l’ensemble des radios et des chaînes de télévision diffusées sur notre territoire.

Merci de votre attention.

 

Pas de jour J sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le dimanche 6 juin 2021, Laurent Delahousse qui présentait le journal télévisé de 20h de France 2 ce jour-là, nous a annoncé un reportage sur le 6 juin 1944, jour J du débarquement allié.

Malheureusement, anglomanie oblige, il n’a pas été question de jour J dans le reportage, mais uniquement de D-Day, et Laurent Delahousse, comme on pouvait s’y attendre, s’en est donné à cœur joie avec le terme anglais.

Le journaliste Olivier Feniet qui a ensuite commenté le reportage, a employé lui aussi, et exclusivement, le terme  anglais, terme que l’on a retrouvé dans le titre même du reportage en sous-titre sur nos écrans.

Bref, le terme anglais « D-Day », nous a été imposé, comme si le téléspectateur n’avait pas droit à la traduction en français de cette expression anglaise ?

Pourquoi cela, alors que la traduction existe ?

Merci au CSA de poser la question à MM. Delahousse et Feniet, ainsi qu’à l’équipe rédactionnelle du JT de 20 heures de ce jour-là, et merci de leur rappeler par la même occasion leurs obligations à l’égard de la langue française.

 

Pas de DÉBAT sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Dans le journal télévisé de 20 h de France 2, le lundi 7 juin 2021, pour titrer un reportage consacré à la PMA pour toutes les femmes, j’ai remarqué que le terme anglais ROUND avait été employé .

« Dernier round à l’Assemblée » a-t-on pu lire sur nos écrans pour nous présenter et titrer le reportage en question.

Pourquoi, tout simplement, ne pas avoir dit en français : « Dernier débat à l’Assemblée » ?

Pourquoi avoir privilégié l’anglicisme, alors que, comme je viens de le faire, il était facile de l’éviter ?

Merci aux responsables du CSA qui veillent sur notre langue à la télévision d’aller poser la question à l’équipe rédactionnelle du JT de 20h de ce jour-là et de leur rappeler, ce faisant, leurs obligations à l’égard de la langue française.

 

Pas de BDphone sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Le vendredi 11 juin 2021, au JT de 20h de France 2, il a été question de « webtoon » dans un reportage consacré aux bandes dessinées accessibles à partir d’un téléphone portable.

Ce mot anglais apparut écrit sur nos écrans et fut employé par Nicolas Lemarignier, le journaliste qui commenta le reportage en question.

Regardant ce reportage, je me suis dit pourquoi, afin de ne pas encore subir un anglicisme, ne pas appeler ce genre de dessins animés des « Bdphone » ?

- Oui, pourquoi ne pas dire « BDphone » au lieu de l’affreux « webtoon » ?

À l’appui de ma remarque, est-ce que le CSA pourrait faire remarquer à M. Lemarignier, et plus généralement parlant à tous les journalistes, qu'une langue vivante, c'est une langue qui vit, et que la faire vivre, ce n'est pas s’abandonner systématiquement à tous les mots anglais qui passent, mais au contraire, c’est être capable de créer des mots nouveaux à partir du génie propre de sa langue.

 

Qui arrêtera Delahousse, le journaliste anglomane qui sévit sur France TWO ?

Mesdames, Messieurs,

Dans « Le 20h30, le dimanche », du dimanche 13 juin 2021, Laurent Delahousse, le présentateur de cette émission, nous a parlé de "live" en anglais pour nous dire que Clara Luciani allait chanter en direct sur le plateau.

Préalablement, il nous a parlé de "playlist" en anglais pour nous donner la sélection d’artistes qu’avait choisie Clara Luciani pour les mettre à l’honneur avec elle dans l’émission.

Préalablement encore, dans le JT de 20h qu'il a présenté ce jour-là, il nous avait parlé de "clusters" en anglais pour nous dire que de nouveaux foyers épidémiques réapparaissaient un peu partout en Europe.

Fort de ces constatations, est-ce que le CSA pourrait faire remarquer à cet anglomane patenté que c’est la télévision publique française qui le paie et non le British Council, et qu’en cela c’est la langue française qu’il doit servir, et non celle de la Perfide Albion ?

 

Coup de balai sur notre langue sur France 5 !

Mesdames, Messieurs,

Le vendredi 18 juin 2021, sur France 5, à partir de 21h05, a été diffusé un ballet intitulé « Room with a View ».

Une question m’est venue tout de suite, pourquoi ce ballet a-t-il été nommé en anglais, alors que la traduction française existe - Chambre avec Vue - et que, pour le coup, il s’agissait d’une création conjointe du musicien français de musique électronique Rone, d’un collectif parisien de chorégraphes, (La)Horde, le tout pour répondre à une invitation du Théâtre du Châtelet de Paris.

Bref, pourquoi le titre « Room with a View » et non « Chambre avec Vue », alors que, dans l’affaire, tout était français ?

De plus, pourquoi France 5, chaîne publique de la télévision française, s’est-elle fait complice de cette trahison linguistique ?

Cela dit, merci au CSA de bien vouloir intervenir auprès de la direction de France 5 pour que ce type de maltraitance faite à notre langue ne se reproduise plus.

 

Miami et pas le Québec sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Encore une fois, le jeudi 24 juin 2021, aux actualités de 20 heures de France 2, nous avons eu droit à un reportage consacré à un évènement qui se passait aux États-Unis d’Amérique, comme s’il était obligatoire d’avoir des images de ce pays à chaque diffusion du JT. 

Ainsi, la journaliste, Agnès Vahramian nous a parlé d’un immeuble qui s’est effondré à Miami.

Est-ce que la télévision étatsunienne a parlé des immeubles qui se sont effondrés à Marseille en 2018 ? 

- Certainement pas, alors pourquoi la télévision française consacre-t-elle un reportage sur des immeubles qui se sont effondrés à Miami ?

Pourtant, en ce jeudi 24 juin, jour de la Saint-Jean Baptiste qui représente la fête des Canadiens français, notre télévision aurait pu nous parler de cette fête qui est devenue la Fête nationale du Québec ?

Pourquoi les projecteurs sur Miami, l’anglophone, et un silence de mort sur le Québec francophone ?

Plus généralement parlant, pourquoi à regarder les JT de 20h de France 2 a-t-on l’impression que les journalistes et les équipes rédactionnelles qui font les lignes éditoriales sont plus intéressés par ce qui se passe du côté des Anglophones plutôt que du côté de la Francophonie ?

Fort de cette remarque, merci au CSA de rappeler à toutes ces personnes qu’elles travaillent pour le service public de la télévision française et que, par conséquent, elles doivent servir les intérêts de notre langue, ces intérêts passant par la promotion de la francophonie et non par la mise en avant du monde anglophone.

 

“ Passe ” à l'anglaise sur France TWO !

Mesdames, Messieurs,

Il fallait s’y attendre, hélas, au JT de 20h de France 2, le samedi 26 juin 2021, dans un reportage consacré au passe sanitaire, le mot « passe » est apparu à l’écran écrit à l’anglaise, c’est-à-dire sans le « e » final.

Voilà une preuve de plus de l’anglicisation de notre langue et du peu d’intérêt qu’ont nos journalistes à vouloir défendre notre langue face au virus de l’anglomanie.

Pour enrayer ce problème linguisto-pandémique, est-ce que le CSA pourrait injecter une dose du vaccin Toubon à tous les anglicisés et angliciseurs qui travaillent dans nos médias ?

Merci d’avance.

 

 

 




Publié par Régis RAVAT le 23 avril 2021

0 personne aime cet article.


Orthographe, corrections : contact.sy@aliceadsl.fr

Défendez le français, financez des procès,

nous ne recevons aucune subvention !


Inscription à l'infolettre!

S'il vous plaît, veuillez entrer votre courriel

Digital Newsletter

Pour vous desinscrire, veuillez cliquer ici ».