Connexion    



JO Paris-2024 : je ne partagerai ni leur joie ni leurs Jeux !

Les membres du comité de candidature pour les Jeux olympiques à Paris en 2024 sont fiers et joyeux d’avoir obtenu les Jeux à Paris pour 2024, comme ils le souhaitaient.

Ces messieurs et dames oublient de dire cependant qu’à Lima, au Pérou, le 13 septembre dernier, devant les membres du CIO réunis pour l’occasion afin de choisir entre Los Angeles et Paris, la ville qui accueillerait les JO en 2024, ces messieurs et dames oublient de dire qu’ils se sont exprimés majoritairement en anglais, bafouant ainsi la langue française, bafouant la langue de la Francophonie, bafouant la langue de Pierre de Coubertin (celui qui a fondé le Comité olympique international [CIO] et fait renaître les Jeux en 1894), bafouant, qui plus est, l’article 24 de la Charte de l’Olympisme*, qui précise que le français est langue officielle du CIO avec l’anglais.

Cinq sur huit membres du comité de candidature de Paris-2024, se sont exprimés en anglais !

Oui, pourquoi, alors que notre langue est langue officielle du CIO avec l’anglais, pourquoi nos représentants, cinq sur huit**, ont-ils choisi de s’exprimer en anglais à Lima ? Les représentants de Los Angeles, que je sache, n’ont pas choisi le français, eux, pour leur renvoyer la politesse !

Que penser alors de Valérie Pécresse (ancienne ministre), de Guy Drut (ancien ministre), de Tony Estanguet (champion olympique de canoë), de Youssef Halaoua (jeune vidéaste à la mode), d’Anne Hidalgo4 (maire de Paris) qui ont tous préféré s’exprimer en anglais plutôt qu’en français lorsqu’ils sont allés à la tribune défendre le dossier de Paris-2024 ; en anglais, qui plus est, alors que chaque membre du CIO, s’il ne comprenait pas le français, avait à sa disposition la traduction simultanée ?

JO Paris-2014 : honte et humiliation ! от Anglomalaria на Rutube.

Paris-2024 : des gens sans honneur, sans fierté et sans l'esprit sportif !

Dans ces conditions, comment ces personnes peuvent-elles se réjouir d’avoir obtenu les JO à Paris pour 2024, alors que ce résultat a été obtenu sur la dépouille de la langue française, langue qu’ils ont lâchement foulée aux pieds à Lima et préalablement humiliée avec leur slogan en anglais "Made For Sharing" projeté en lettres lumineuses sur la Tour Eiffel à Paris, en février dernier.

Apparemment ces gens-là n’ont pas d’honneur, pas de fierté et même pas l’esprit de compétition si cher aux sportifs, puisque devant l’impérialisme de l’anglo-américain, ils se sont couchés lamentablement, sans se battre, tels des peureux qui refusent le combat.

Avec une mentalité de capitulards, mais certainement pas avec une mentalité de compétiteurs, nos représentants anglophones à Lima qui ont abandonné, ce faisant, la langue française pour la langue des collabos du fric et de la pub - comme l’a si bien dit le philosophe et Académicien Michel Serres -, m’inspirent autant de dégoût que ceux qui abandonnent leur chien en été pour partir en vacances, c’est peu dire.

Alors non, je ne partagerai ni leur joie ni leurs Jeux.

Régis Ravat, Président de l’Afrav

Paris-2024, les JO de la honte (Anne Hidalgo, Tony Estanguet, Valérie Pécresse, Guy Drut)

* - Rappel de l’article 24 de la Charte de l’Olympisme : 1 - Les langues officielles du Comité International Olympique sont le français et l’anglais. 2 - À toutes les Sessions, une interprétation simultanée doit être fournie en français, anglais, allemand, espagnol, russe et arabe. 3 - En cas de divergence entre le texte français et le texte anglais de la Charte olympique et de tout autre document du CIO, le texte français fera foi.

** -  Félicitons Denis Masseglia (Président du Comité national olympique et sportif français, CNOSF), Nantenim Keïta (championne du monde et championne paralympique du 400 m malvoyant) et Laura Flessel (championne du monde et championne olympique d’escrime, actuellement Ministre des Sports), qui, eux, se sont exprimés EN français.

*** - À remarquer que Guy Drut, dans son discours en anglais, dira et prononcera « Montréal » à l’anglaise. Les Québécois qui se battent quotidiennement pour la survie en français de leur pays et qui se battent, notamment, contre l’anglicisation de Montréal, apprécieront.

****- À noter également qu’Anne Hidalgo qui préfère parler anglais au lieu de parler français, est présidente de l’Association internationale des maires francophones (AIMF), les membres de l’Association apprécieront certainement l’anglolâtrie de Madame.  

Anne Hidalgo au CIO ! от Anglomalaria на Rutube.



PARIS-2024 : Les J.O. à PARIS, une fausse bonne nouvelle pour notre pays

Déclaration du PRCF, le 13 septembre 2017

Le PRCF avait déjà fait part de son peu d’enthousiasme pour la candidature de Paris aux J0 2024 à deux occasions :

-  Lors de l’annonce tapageuse de cette candidature

- Lors du lancement en anglais de cette campagne Paris 2024 à l’aide du slogan d’une grande médiocrité affiché sur la Tour Eiffel en présence du maire de Paris et du premier ministre Bernard Cazeneuve, cela en violation de la Constitution (« la langue de la République est le français ») et de la loi Toubon d’août 1994 ;

Auparavant, le PRCF avait aussi appuyé la campagne de certains citoyens de la Haute-Savoie contre la proposition d’organiser les J.O. d’hiver à Annecy : les Savoyards ont en effet toutes raisons de se méfier du surcroît de pollution, de dépenses publiques à fonds perdus, d’embarras routiers prévisibles et de déficits publics abyssaux que comportent généralement ce type de « réjouissances ».

C’est pourquoi l’annonce des J.O. à Paris est une fausse bonne nouvelle que la capitale française, l’Ile-de-France, la population laborieuse, les citoyens respectueux de la langue française, les défenseurs de l’environnement, les critiques légitimes des énormes dérives du sport capitaliste, et tout bonnement, les contribuables parisiens, franciliens et français paieront immanquablement fort cher… À la différence des chasseurs de profits de tous poils !

Le gouvernement ferait mieux de développer correctement l’Éducation physique et sportive à l’école, de rendre aux municipalités les moyens de mettre en place et de faire fonctionner correctement des équipements sportifs au plus près de la population (piscines, stades, etc.) et d’affecter les ressources nécessaires, dans le cadre d’une nationalisation démocratique des secteurs-clés de l’économie, à la renaissance du produire en France (industrie, agriculture, artisanat…). Cette économie productive que broient chaque jour un peu plus les barnums planétaires du sport capitaliste (que nous ne confondons pas avec « le sport » en général) au seul service des prédateurs de l’immobilier, des barons du BTP, des promoteurs de l’économie parasitaire et des mercenaires gavés d’argent – et souvent de dop ! – du sport-spectacle…

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, 

Fadi Kassem, coordinateur du PRCF pour la région parisienne.

Chaque jour du nouveau sur www.initiative-communiste.fr

 

 




Publié par Régis RAVAT le 19 septembre 2017

0 personne aime cet article.


Orthographe, corrections : contact.sy@aliceadsl.fr

Défendez le français, financez des procès,

nous ne recevons aucune subvention !


Inscription à l'infolettre!

S'il vous plaît, veuillez entrer votre courriel

Digital Newsletter

Pour vous desinscrire, veuillez cliquer ici ».