Connexion    



Parlons mieux !

Dans cette rubrique, nous présentons un mot ou une expression dont le sens a été détourné de ce qu'il était à l'origine, portant ainsi une dérive sémantique préjudiciable à notre langue, car touchant à sa clarté et à sa précision.

Nous constatons aussi que ces dérives sont le plus souvent dues à l'influence de la langue anglaise de plus en plus présente dans notre environnement linguistique. Cette rubrique s’inscrit donc pleinement dans le cadre de notre action dont le but est précisément d’éviter l’anglicisation-américanisation de notre langue, et par-delà, de notre société.

- Notre conseil à propos du verbe « PARTAGER »

- Notre conseil à propos du verbe « DÉDIÉ (À) »

- Notre conseil à propos du mot « EXPERTISE »

- Notre conseil à propos de l'expression « RENSEIGNER UN FORMULAURE »

- Notre conseil à propos de l'expression « ON EST SUR »

 



Au sujet du verbe :

« PARTAGER » !



Parlons mieux : « DÉDIÉ (À) »

Quand on sait que « dédier » signifie essentiellement remercier ou honorer quelqu’un au travers d’une œuvre architecturale, littéraire ou cinématographique, on ne peut être que sidéré du désordre qui s’est depuis quelques années emparé des esprits et qui fait qu’on retrouve désormais ce verbe - ou plutôt son participe passé et son adjectif qui n’a jamais existé - mis à toutes les sauces, à commencer par les plus indigestes !



Parlons mieux : « EXPERTISE »

Il n’aura échappé à personne que le mot « expertise » s’est considérablement répandu ces dernières années, essentiellement chez les agents économiques, et que, sur leur site Internet notamment, les mots « compétence », « savoir-faire » et « expérience » ont quasiment disparu. Ainsi lit-on souvent, par exemple : « Bénéficiez de l’expertise de notre entreprise ».

Malheureusement, il ne fait aucun doute que cet emploi est fautif puisque cela revient à donner au mot « expertise » un sens qu’il n’a jamais eu en français où il était jusque-là principalement employé pour désigner le travail et les conclusions d’un expert, titre au demeurant protégé dans la mesure où toute personne ne peut y prétendre. 



Parlons mieux : « RENSEIGNER UN FORMULAURE »

Une faute qu’autrefois un enfant de dix ans n’aurait pas commise s’est malheureusement répandue jusque dans les plus hautes sphères, ce qui fait qu’on la retrouve régulièrement sur les sites Internet des entreprises petites ou grandes et, même, des services publics. 

Cette faute consiste, en présence d’un formulaire, d’un document, d’une fiche ou d’un champ incomplet, à utiliser le verbe « renseigner ». Exemples : « Renseignez ce formulaire », « Renseignez votre adresse » ou « Renseignez votre numéro de client ». 

 



Début      Fin

Défendez le français, financez des procès,

nous ne recevons aucune subvention !


Inscription à l'infolettre!

S'il vous plaît, veuillez entrer votre courriel

Digital Newsletter

Pour vous desinscrire, veuillez cliquer ici ».