Connexion    



Arnaud Montebourg ou l'anglo-américano socialisme !

Actuellement, Arnaud Montebourg donne des conférences à Princeton, aux É-U-A, dans la langue de Goldman Sachs, Morgan et Cie !
Pour rappel, Montebourg, le "Francophone", c'est Mister "Made in France", c'est le label "Silver economy", c'est des cours EN anglais à Paris, dans une école de commerce, c'est des voyages fréquents aux É-U-A (cet été, il était avec sa nouvelle maîtresse, l'ex-ministre Filippetti, pour, tous les deux, parfaire leur anglais !), c'est une entreprise au nom franglaid Une équipe Made In France, c'est des conférences en anglais.

À part ça, vive la Francophonie, un potentiel de 800 millions de locuteurs d'ici 2050, selon une enquête de l'UNESCO, mais ça, le Montebourg, il s'en fout !

 

Arnaud Montebourg crée une entreprise au nom franglaid !

La société qu'Arnaud Montebourg vient de créer, s’appelle Les Equipes du Made in France, elle est domiciliée dans le XVe arrondissement de Paris, et est dotée d’un capital social de 100 000 euros, selon les statuts que Rue89 s’est procurés au registre du commerce [PDF]. Pour le moment, l’ancien ministre du Redressement productif en est l’unique associé.

Depuis qu’il est sorti du gouvernement, Arnaud Montebourg ne cesse de chanter les louanges de l’entreprise. Mais contrairement à Valls, lui la joue « concret », les mains dans le cambouis.

Dès le début du mois d’octobre dernier, à quelques jours de l’université d’automne de son mouvement Des idées et des rêves, Le Monde annonce que l’ex-ministre va créer une société « spécialisée dans les technologies et la santé et veut en faire un marchepied pour la présidentielle de 2017 ».

Le Journal du dimanche écrit même :

« Très attentif aux éventuels conflits d’intérêts, il n’a pas souhaité reprendre une boîte. Il ne veut rien demander à l’État, ni à personne d’ailleurs. »

Le temps de la discrétion

En ce début d’année, il est en couverture d’Entreprendre, le magazine de « l’économie en croissance », après avoir posé, un rien cabot, en une de GQ.

On y cause de ses cours à l’Insead, des gentillesses prononcées à son égard par Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, et de son amour enfiévré pour le monde économique (« La politique est l’école de l’arrogance, l’économie celle de l’humilité »). La presse redevient plus floue, toutefois, en ce qui concerne ses projets concrets.

GQ cite l’ex-ministre expliquant qu’il « a plusieurs projets en tête tous tournés vers l’export pour faire rayonner la France » et évoque un « réseau permettant à des sociétés excellant dans leur domaine – mais trop “petites” financièrement pour éclore – d’unir leurs forces. » Les secteurs évoqués : le luxe et l’imagerie médicale.

C’est bien sur le Made in France que compte capitaliser Arnaud Montebourg. L’objet social de Les Equipes du Made in France (on adore le nom) mentionne « la construction et l’élaboration de projets Made in France », avec pour moyens des transactions sur les actifs ou titres mobiliers de sociétés. Ce qui semble coller avec ce que mentionne GQ.

Joint par Rue89, l’ancien ministre refuse d’en dire plus (« Je sais bien que les feuilles de chou du Web sont payées au scoop, [...] mais l’activité de la société n’est pas publique »).

Celui qui va donner des cours à Princeton explique en substance que les affaires ont besoin, dans un premier temps, de discrétion (« Je suis en discussion pour la reprise d’une entreprise, mais il n’est pas sûr que cela se fasse »). Et précise tout de même que tout cela repose sur « ses économies ».

Source : rue89.nouvelobs.com, le jeudi 12 février 2015


Montebourg en angliche à Princeton

La politique, c'est bientôt fini pour Arnaud Montebourg. Lundi 23 février, l'ancien ministre a donné sa première conférence dans la prestigieuse université américaine de Princeton.

S'il tourne la page politique, c'est parce que l'ancien ministre estime ne pas avoir été soutenu dans son combat contre l'austérité : « J'étais seul, la vérité c'est ça. Seul, vous ne pouvez rien faire si vous n'avez pas le soutien de ceux qui ont tous les pouvoirs ».

« La politique en France n'est pas à la hauteur »

Dans son viseur : François Hollande et son gouvernement. Entre deux rendez-vous avec les étudiants américains, Arnaud Montebourg ne mâche pas ses mots : « La politique en France n'est pas à la hauteur de notre grand pays, nous méritons des dirigeants qui regardent l'avenir autrement, qui réfléchissent autrement », assure l'ancien ministre. « Il y a une autre politique possible que celle du suicide collectif », renchérit-il.
Outre ses conférences, Arnaud Montebourg vient aussi de lancer une nouvelle entreprise qu'il a appelé Une équipe made in France.

Source : francetvinfo.fr, le mardi 24 février 2014

Réaction de l'Afrav :

Monsieur, pourquoi vous êtes-vous exprimé en anglais, lors de vos conférences à Princeton, sans vous s'assurer de la moindre contre partie, en sachant pertinemment que lorsque vos hôtes viennent en France faire des conférences, c'est en anglais qu'ils les font, et non en français, se moquant éperdument de notre langue, travaillant pour leurs seuls intérêts, celui, notamment, d'asseoir toujours plus l'hégémonie de l'anglo-américain pour être sûrs de donner au monde, l'air sur lequel ils veulent le faire danser ?


Filippetti et Montebourg ensemble dans la prestigieuse fac de Princeton

Les deux anciens membres du gouvernement sont venus dans l'université américaine de Princeton donner des conférences sur l'exception culturelle française et sur l'économie. BFMTV y était.

C'est dans un anglais jugé « parfait » par les élèves qui sont venus l'écouter que l'ex-ministre de la Culture Aurélie Filippetti est venue donner une conférence sur « l'exception culturelle française au XXIe siècle », mercredi soir, à l'université américaine de Princeton, dans le New Jersey.

Les étudiants enthousiasmés

Face à une quarantaine de jeunes, la frondeuse du gouvernement a notamment dénoncé l'influence des géants du numérique, sous un écran affichant crânement le logo... de Windows. Une contradiction qui n'a pas empêché son message de bien passer. « Elle est très intéressante, c'était passionnant, et elle a un anglais parfait », s'est enthousiasmée une étudiante après la conférence.

« Les étudiants de Princeton sont internationaux, très ouverts et très intéressés par la culture. Il faudrait maintenant que j'aille rencontrer des responsables du commerce à Washington, car là le message passerait sans doute moins bien ! », s'est amusée devant BFMTV Aurélie Filippetti après sa prestation.

Arnaud Montebourg dans le public

Parmi les auditeurs attentifs dans le petit amphithéâtre se trouvait également Arnaud Montebourg, dont sa relation avec Aurélie Filippetti avait été révélée par Paris Match l'an dernier. L'ancien ministre du Redressement productif a lui aussi prévu de donner des conférences à Princeton, sur trois sujets: l'économie, la crise et l'Europe.

Il a profité de ce séjour outre-Atlantique pour rencontrer Paul Krugman, prix Nobel d'Économie connu pour ses prises de positions à gauche. « Je vais essayer de le faire venir en France », a confié Arnaud Montebourg à BFMTV. « On a besoin d'entendre son discours anti-austérité ».

A. G. avec Jean-Bernard Cadier

Source : bfmtv.com, le vendredi 20 février 2015

Réaction de l'Afrav :

Madame, comment pouvez-vous parler d'exception culturelle, alors que vous vous exprimez dans la langue qui est en train de tuer la diversité culturelle et linguistique de toute l'humanité ?

Comment pouvez-vous parler d'exception culturelle, alors que vous vous exprimez en anglais, sans la moindre contre partie, en sachant pertinemment que lorsque vos hôtes viennent en France faire des conférences, c'est en anglais qu'ils les font, et non en français, se moquant éperdument de notre langue en particulier et de d'exception culturelle et linguistique, en général ?


Arnaud Montebourg et JobAroundMe

En septembre dernier, JobAroundMe, une société spécialisée dans la recherche d'emploi avait utilisé l'image du ministre tout juste viré du gouvernement pour l'une de ses publicités. Un rebond sur l'actualité qui fait bien sourire Arnaud Montebourg. Il dit :

C'est surtout une publicité qui met en avant JobAroundMe et c'est pour ça que je l'ai trouvée… sympathique [rires] parce que finalement elle dit beaucoup. Elle dit que trouver du travail, chercher du travail, c'est devenu un acte assez banal dans les ruptures de vie. Comme j'en vis une personnellement après la fin d'un ministère, le début d'une nouvelle vie, je trouve parfaitement justifié que vous ayez utilisé mon cas.

Aucun préjudice, donc, pour Arnaud Montebourg, plutôt ravi même d'avoir été choisi par la jeune entreprise. C'est l'occasion pour lui de rappeler, une fois de plus, son changement de vie – et de critiquer le monde politique. Il ajoute :

Les hommes politiques, avec leurs avantages et leurs inconvénients, ont finalement quelque utilité : ils servent à promouvoir la raison sociale d'entreprises naissantes et innovantes.

(...) 

Source :  lelab.europe1.fr, le mardi 20 janvier 2015

Réaction de l'Afrav :

Un ancien ministre de la République qui n'a rien à redire sur le fait que "JobAroundMe" participe au massacre de la langue de la République, c'est bien triste.
Comment peut-on sauver nos emplois, si on n'est même pas capable de sauver notre langue ?





Publié par Régis RAVAT le 25 février 2015

0 personne aime cet article.


Aucun commentaire...

Pour commenter cette article, identifiez-vous! ou créez un compte

Défendez le français, financez des procès,

nous ne recevons aucune subvention !


Inscription à l'infolettre!

S'il vous plaît, veuillez entrer votre courriel

Digital Newsletter

Pour vous desinscrire, veuillez cliquer ici ».